Voici la suite de l’article qui parle du parcours immobilier de Philippe

« Investissement Immobilier Première Couronne de Paris – Gérer un locataire qui ne paie plus le loyer »

Voici la suite, bonne lecture 😉

La première partie racontait comment nous avions acquis cet appartement.
Il y était indiqué « L’appartement de 47 m2 en RDC surélevé donnant sur une cour ensoleillée »

A propos du RDC surélevé.
Les appartements étant désormais équipés de chaudières individuelles, l’ancienne chaudière à charbon collective était toujours dans une pièce située sous notre appartement.
L’idée d’une extension « par le bas » est venue de mon épouse.
La superficie de ce sous-sol semi enterré – il y avait toujours la trappe destinée à verser le charbon depuis l’extérieur – était presqu’équivalente à celle de notre appartement soit 45m2.
Nous avons invité un architecte ami qui a trouvé le projet faisable puis convoqué un expert béton pour envisager la réalisation d’une trémie ; une ouverture dans le plancher du RDC pour accéder au sous-sol.
Cette expertise était nécessaire pour présenter notre projet d’acquisition aux autres copropriétaires. Lors de l’AG qui suivit, notre proposition d’acquisition fut inscrite à l’ordre du jour. Pour un montant de 500€. En arguant la baisse des charges grâce aux tantièmes supplémentaires et surtout le nettoyage du sous-sol insalubre où l’ancienne chaudière trônait au milieu du vieux charbon et des objets déposés là au fil du temps.
Le projet fut validé lors de l’AG et l’acte notarié signé 1 mois plus tard.

Les travaux durèrent 3 mois :
– découpe de la trémie, déblayage du sous-sol (chaudière, charbon, poubelles, gravats, …)
– étayage,
– ragréage des murs et sols,
Et puis vint la reconstruction destinée à installer un escalier pour accéder à la nouvelle chambre et à la salle de bain attenante.
Nous avions créé un « souplex »! Et presque doublé la surface de l’appartement avec la particularité d’avoir un escalier qui donne l’illusion de bénéficier d’une « maison ».

Financièrement, on peut considérer que les montants engagés pour les travaux seront compensés lors de la vente du souplex.
Pour l’anecdote, lors de l’AG suivante, l’un des copropriétaires, ayant compris ce que nous avions fait de l’ancienne chaufferie, voulut revenir sur la cession du sous-sol (et surtout le prix).

Le syndic lui opposa que les copropriétaires avaient tous signé et que l’acte notarié avait été établi à partir de cet accord.

Conseils.
– Entretenez de bonnes relations avec les voisins.
– Ne dévoilez pas trop vite votre projet, ne communiquez que les arguments qui plairont aux autres. – Dès accord en AG, accélérez la notification notariale.

Bientôt une troisième partie d’agrandissement à venir sur le blog.